Réseaux sociaux :

05 17 26 74 43

Christ Sauveur

7 et 8 mai 2022, Sacré-Cœur et Sainte Jeanne d’Arc de La Rochelle

Chers frères et sœurs,
Un jour, j’étais à un repas de famille et un de mes neveux balance : tonton Louis, il
est devenu prêtre parce qu’il ne voulait pas se marier !
Je ne sais pas d’où il sortait ça… mais son idée était claire : le chemin normal, c’est
le mariage, et si on n’en veut pas, il y a toujours quelques cadeaux de consolation.
Belle idée du sacerdoce !
Alors j’ai essayé de lui expliquer que ça ne se passe pas comme ça, que je ne suis pas
devenu prêtre par défaut, que j’aurais aussi été très heureux marié. Et puis je lui ai
expliqué que ce n’était pas d’abord un choix de ma part. En premier, c’est Dieu qui
m’a appelé. Moi tout seul, je n’aurais jamais eu une idée pareille ! Et à force de
travailler mon cœur, Dieu a permis que mon désir rencontre le sien.
C’est ça une vocation, mais c’est compliqué pour un enfant.
Et là les parents ont tenté un truc. Ils ont pris une image : « tonton, c’est comme s’il
était marié, mais avec Jésus ».
Alors soyons clairs, cette image est théologiquement très mauvaise… Les prêtres
n’épousent pas Jésus ! Moi je n’ai épousé personne. Mais c’était bien tenté ! Quand
on veut faire comprendre quelque chose de compliqué à un enfant, on prend des
images pour qu’il comprenne l’essentiel.
Et nous, devant Dieu, nous sommes des enfants ! Ce n’est donc pas étonnant que
Jésus prenne des images pour nous faire comprendre l’essentiel.
Dans l’Évangile, Jésus explique qu’il est le berger, le bon pasteur, et nous, nous
sommes ses brebis.
Dans l’Apocalypse, c’est l’inverse : Jésus n’est plus le pasteur, il est l’agneau.
Donc pour nous, Jésus possède à la fois les qualités du pasteur et de l’agneau.
Il est l’agneau, parce qu’il est l’agneau pascal. Vous savez qu’Israël sacrifiait les
agneaux en souvenir du sacrifice qui a sauvé tous les premiers-nés au moment de la
sortie d’Égypte. Et tout l’Ancien Testament annonce que le Salut sera
l’accomplissement de ce sacrifice rituel. Jésus est celui dont le sacrifice sauve
vraiment, et cette fois, sauve tous les hommes. C’est en cela qu’il est le véritable
Agneau pascal.

Mais comme le dit l’Apocalypse il est Agneau, mais aussi pasteur, parce qu’il guide
vers le Père ! Jésus est notre Bon Pasteur parce qu’il prend soin de nous et nous
indique le chemin vers le Père.
Chers amis, ces images nous disent le cœur de l’identité de Jésus : il est à la fois
pasteur et serviteur, il guide et il sert, il est Bon Pasteur et il est Fils.
Puisque ce sont deux dimensions du Christ, alors ce sont deux dimensions de
l’Église ! Parmi nous, certains sont ordonnés pour se donner totalement au service :
ce sont les diacres. Et parmi nous, certains sont ordonnés pour guider vers le Père :
ce sont les évêques et les prêtres.

Frères et Sœurs, aujourd’hui, c’est le dimanche de prière mondiale pour les
vocations. Nous sommes invités à prier pour que, dans notre peuple de baptisés,
certains entendent l’appel de Dieu à se donner particulièrement comme pasteur et
serviteur, à donner leur vie au service de tout le troupeau que nous formons.
Quand on devient prêtre, c’est pour le troupeau, pour un peuple. Un prêtre est
toujours ordonné pour un diocèse, pour des gens concrets sur un territoire. On n’est
pas prêtre sans peuple, ça n’a pas de sens. On n’est pas prêtre du fait de compétences,
par profession. On ne fait ni carrière, ni fortune ! Ça se saurait… C’est même assez
difficile à comprendre pour notre société qui aime les carrières et la fortune.
Avant d’être prêtre j’étais notaire. Imaginez l’incompréhension quand j’ai dit que
j’entrais au séminaire ! J’avais un beau métier, une position sociale, je pouvais
espérer très bien gagner ma vie… Pourquoi abandonner tout ça ?
Pour avoir la joie de donner ma vie totalement comme pasteur, pour montrer le Père,
pour le donner dans les sacrements, pour le mettre en lumière comme déjà présent et
agissant dans la vie de chacun. Être prêtre, c’est donner sa vie pour que chacun puisse
goûter au bonheur de connaître Dieu intimement. Et ça, ça vaut toutes les carrières
du monde !
Donc on ne devient pas prêtre pour soi. Ce n’est pas un métier ou une activité. On ne
devient pas prêtre pour faire quelque chose. Être prêtre, c’est de l’ordre de l’être pas
du faire, même si concrètement on est obligés de faire plein de trucs. Mais au fond,
on ne devrait pas. Aujourd’hui, la situation impose aux prêtres d’être hyperactifs,
alors que leur mission première c’est de célébrer avec vous, d’être avec vous, de prier
pour vous. Et pour ça il faut être avec Dieu, et pas faire 36 trucs pour lui.

On est prêtre pour un peuple, pour des personnes concrètes, pour des vies concrètes.
Je me souviens quand j’étais séminariste, j’étais le seul en formation pour le diocèse.
Donc a priori j’allais être ordonné tout seul. Et ça m’angoissait, parce que mon
ordination n’aurait pas été la célébration ecclésiale qu’elle devait être. Il y aurait eu
ma famille, mes amis, quelques paroissiens qui me connaissent. Je les aime
beaucoup, mais je ne suis pas devenu prêtre pour eux ! Et mon neveu aurait trouvé
que décidément, ça ressemblait vraiment à un mariage avec Jésus… bref, on aurait
tout raté.
Finalement j’ai eu la chance d’être ordonné avec le Père Luca. Et j’étais vraiment
rassuré. Parce que je savais qu’au moins, si les chrétiens du diocèse ne faisaient pas
l’effort de venir, il y aurait la famille et les amis de Luca que je ne connaissais pas.
Et alors là mon ordination redevenait une ordination : un don de ma vie pour un
peuple qui n’est ni ma famille, ni mes amis.
On est prêtre pour le peuple de Dieu. On renonce à fonder une famille pour n’en
avoir plus qu’une : la famille des chrétiens. Alors devenir prêtre pour un peuple qui
est absent ce jour-là… bonjour l’angoisse.
Chers amis, le samedi 11 juin prochain, Rémi et Oscar seront ordonnés prêtres à la
cathédrale, ils donneront leur vie pour nous. Évidemment, je vous invite très
largement à venir. Sans vous, cette ordination ne sera pas ce qu’elle doit être.
Et tant qu’à faire, venez avec des jeunes !
Une ordination c’est la célébration concrète qu’une vie est un don reçu qui
s’accomplit quand elle devient un bien donné. Et pour des jeunes, c’est un
témoignage vraiment puissant.
Vous avez le droit de sortir vos agendas et de noter : samedi 11 juin, à 10h à la
cathédrale.
Amen
Père Louis Chasseriau

Comments are closed.