Réseaux sociaux :

05 17 26 74 43

Christ Sauveur

27 ème dimanche du temps ordinaire (C)

Frère et sœurs, En étant attentif à ce passage de l’Évangile selon Saint Luc, je désire
prendre le temps de la méditation.
Je remarque d’abord que les disciples sont proches de Jésus, bien proches pour le prier.
« Augmente en nous la foi ! » … disent-ils.
Et Jésus leur répond d’abord par une image déconcertante : dire à un arbre de se déraciner
et de se planter en pleine mer … est-ce « possible » ?
Dans une autre rencontre, Jésus regarde ses disciples et leur dit :
« Pour les hommes, c’est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu. »
A nous de le croire !
Et Jésus poursuit auprès de ses disciples. Nous pouvons comprendre sa réponse.
« Augmente en nous la foi ! » c’est aussi notre prière de disciples.
Là, Jésus répond : « servir ».
Servir, pour connaître Jésus, l’aimer et le suivre toujours davantage.
Nous sommes invités par le Seigneur à être des disciples proches de Jésus pour entendre
ce qui fait le cœur de sa vie : Lui Jésus, il dit être venu « pour servir et sauver ».
Il invite à être de « simples serviteurs ». Simples …
Nous avons du lire d’autres traductions « serviteurs inutiles », et même »serviteurs
quelconques »… Serviteurs inutiles, jusque dans la gratuité totale.
« Moi. Je fais ceci et aussi cela, du temps donné aux autres, en exerçant une responsabilité
en Église ou ailleurs »
Et Jésus me répond : « Bon ! … Mais tu ne fais que vivre ton Baptême, ta Confirmation …
Moi aussi j’ai tout donné ».
Il me semble que la traduction actuelle adoucit la parole de Jésus. « Simples serviteurs ».
« Simples ». Ça n’est pas … si compliqué. Peut-être sommes-nous compliqués nous-mêmes
en engageant des discussions interminables plutôt que d’écouter ?
Au point que Saint-Jean écrira des mots qui nous invitent à aimer plus en actes qu’en
paroles et en discours.
Dans notre monde toujours en mutation, avec ses évolutions profondes qui nous ouvrent à
des débats (à ne pas esquiver pourtant) nous avons à être des « passeurs de Dieu ».
Passionnés de l’Évangile, nous sommes invités à écouter ce que l’Esprit-Saint suscite
d’initiatives missionnaires à mettre en œuvre, patiemment.
Simples serviteurs, à l’image de Jésus, dont les premiers disciples disaient de Lui :
« Jésus … Dieu l’a consacré par l’Esprit Saint et rempli de sa force. Là où il passait, il faisait le
bien, et il guérissait … Et nous les Apôtres, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait … »
Simples serviteurs d’un programme : l’Évangile … qui nous offre de regarder le Christ,
d’aimer comme il aime, de recevoir de lui « ce qu’il ordonne ».
Une façon de dire : « recevoir dans nos vies, ce qu’il dispose en nous d’essentiel … afin de
servir à sa manière ».
Les groupes en Église nous aident à être ces « simples serviteurs » que le Seigneur désire que
nous soyons : groupes de jeunes ou de moins jeunes invités à parcourir des bouts de
chemins ou des routes plus longues toutes éclairées par l’Esprit-Saint.

Des groupes, des équipes, pour partager l’Évangile, faire grandir notre connaissance de
Jésus et des premiers disciples dans leurs premiers actes, pour relire ce que nous vivons
nous-mêmes en famille ou dans nos lieux de vie. Et prier. Et célébrer.
Être, comme Jésus, attentifs aux besoins des personnes qu’il nous donne d’approcher,
accueillir encore et encore, prendre du temps, prendre soin à la fois pour répondre aux
besoins fondamentaux et aux besoins spirituels.
Simples serviteurs, tellement aimés par le Seigneur. Vivant à sa ressemblance, peut-être
pas avec de grandes envolées, mais aimer à la manière de Jésus.
Bien sûr nous l’avons au cœur cette phrase de Jésus:
« ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait ».
C’est clair ! Pour que se reflète la joie d’être au service les uns des autres, comme les
disciples qui ont écouté Jésus quand il disait les mots de ce jour ou bien d’autres encore
comme être : « venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie … »
Il m’arrive de rencontrer des mots d’une prière de St Ignace de Loyola.
(Bien sûr, il y a ceux de sa prière adoptée par les scouts et les guides : « apprends-moi à
donner sans compter ».
Même des « petits riens », que des étincelles parfois, sans calcul.)
Mais je pense à cette autre prière de St Ignace :
« Seigneur, donne-moi Ton amour et Ta grâce : c’est assez pour moi. »
« C’est assez pour moi ». Voilà des mots pour « simple serviteur » :
« Donne-moi seulement de t’aimer » ! Une prière dont les conséquences sur la vie de chaque
jour … on ne peut pas les « compter ».
Et puis, la Parole de Dieu de ce jour à partager entre nous et au-delà de nous, humblement,
simplement, nous engage, comme l’exprime le prophète Habacuc :
à ne pas nous arrêter aux plaintes, à ne pas nous décourager, à nous dégager de ce qui
nous encombre.
L’invitation de Saint Paul est tout aussi ferme dans sa lettre à son cher disciple Timothée :
avec d’autres « garder au cœur le dépôt de la foi dans toute sa beauté, avec l’aide de l’Esprit
Saint qui habite en nous » – dit-il.
Le « dépôt de la foi ». Ce don nous nourrit pour être témoins de Jésus Christ-LE serviteur
pour que nous soyons nous-mêmes « simples serviteurs », dans l’Église servante.
Que dit un évêque à un diacre le jour de son ordination ? … (Entre autres …)
Comme un cadeau ! Et c’est un cadeau ; c’est un don du Seigneur pour la route !
« Recevez l’Évangile du Christ que vous avez mission d’annoncer » ; Soyez attentif (donc
attention à la progression !) :
– à croire à la parole que vous lirez,
– à enseigner ce que vous avez cru,
– à vivre ce que vous avez enseigné. »
Croire, … enseigner …, vivre ….
Nous sommes tous appelés à cela, par le Seigneur ! Amen.
André Degorces

Comments are closed.